Entrée dans le monde magique de Merlin's Secret, un forum dédié à la nouvelle série Merlin 2008. Venez nous rejoindre, nous vous promettons que vous ne regretterez pas votre inscription...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ANALYSON LES LIVRES

Aller en bas 
AuteurMessage
Xenan
Grand mage
avatar

Nombre de messages : 78
Localisation : 95340 Persan
Date d'inscription : 04/06/2004

MessageSujet: ANALYSON LES LIVRES   Jeu 24 Juin - 19:34

Ce document vient du site 'Le grimoire d'Harry Potter',n'oubliez pas d'allez voir ce superbe site en cliquant sur le lien suivant:
http://membres.multimania.fr/legrimoirehp/

Les livres en général

L'oeuvre de l'auteur britannique J.K. Rowling vient de dépasser récemment les 110 millions d'exemplaires!! Harry Potter et son univers de sorciers, qui est considéré comme un classique de la littérature mondiale, constitue également un phénomène de société. Quel est donc le secret du succès de la saga? Voici quelques points qui pourraient vous éclairer sur le sujet.

* GENRE LITTÉRAIRE: La saga d'Harry Potter appartient à un genre littéraire spécifique appelé Bildungsroman. Ce terme allemand veut dire ''roman d'apprentissage''. On doit la paternité du Bildungsroman à Goethe lorsqu'il écrivit Les années d'apprentissage de Wilhem Meister en 1795. Un Bildungsroman respecte des règles strictes. Tout d'abord, il raconte la période de la jeunesse d'un héros ignorant le monde dans lequel il doit apprendre des principes de vie avant de déterminer sa place dans la société. Ainsi dans les romans de J.K. Rowling, voit-on Harry Potter apprendre à devenir un magicien durant sa période scolaire. Cette phase de la vie d'un individu est très importante. Ceci expliquerait pourquoi, un Bildungsroman comme Harry Potter, attire un très large auditoire.

Dans ce genre littéraire, le héros est presque toujours masculin. C'est une question de tradition, étant donné qu'à l'époque de Goethe, l'éducation était réservé aux garçons. Mais le rôle des femmes est loin d'être négligé. Elles aident le héros à voir le sens de la vie. Elles font office d'éducatrices. Hermione, par exemple, est toujours représentée avec des livres. Elle sait toujours tout. Et lorsque Harry piétine dans une enquête, elle est là pour l'aider. L'image de la mère est omniprésente. Elle symbolise le côté sensible, l'imagination et l'intuition. C'est grâce à l'amour de Lily Potter qu'Harry est en vie. Même morte, son ombre plane durant la quête du héros.

Le héros bénéficie en outre d'un maître. Dans l'univers du Bildungsroman, ce maître guide le héros sans se faire voir, le plaçant dans une situation dans laquelle il doit retenir une leçon. De plus, le maître appartient à une confrérie secrète dont le but est d'aider la communauté. Cela nous rappelle sensiblement Dumbledore. Le Bildungsroman est un courant littéraire que les Allemands et les Anglo-saxons maîtrisent parfaitement, contrairement aux Français. C'est pourquoi J.K. Rowling a été influencé par Janes Austen ou Charles Dicken.

* LA SAGA POTTÉRIENNE: ''Qui sera le prochain prof du cours de Défense contre les Forces du Mal? Pourquoi Dumbledore fait-il confiance à Rogue? Est-ce Harry va vivre chez son parrain? Pourquoi Voldemort veut tuer Harry?'' Voilà toutes les questions qui tiennent les lecteurs en haleine à chaque parution d'un tome. On réclame ''la suite''! L'histoire de Harry Potter est sans contredit un roman-feuilleton tel que le serait imaginé Alexandre Dumas. Le héros est entouré d'un foisonnement de personnages secondaires dont la psychologie est loin d'être négligée. Ces personnages ont chacun leur propre histoire, leur propre quête à mener, ce qui fait que le lecteur peut suivre plusieurs histoires et peut s'identifier à plusieurs niveaux: il peut se reconnaître à la fois dans Harry Potter et un autre personnage.

* LA RÉALITÉ ET L'IMAGINAIRE: Les romans mélangent le côté réel et imaginaire dans une sorte d'harmonie. Le chemin de Traverse est comme le Miroir dans Alice au pays des merveilles. J.K. Rowling s'est basé sur le ''et si c'était vrai?'' pour bâtir sa saga. L'histoire des sorciers est en parallèle avec l'histoire des Moldus. Nos problèmes contemporains sont également abordés dans le monde de la magie. Qui ne s'est pas écroulé de rire devant le rapport de la normalisation des épaisseurs de fonds de chaudron de Percy Weasley? L'imaginaire dépasse parfois la réalité. J.K. Rowling, auteure moldue, semble investie d'une mission: celle d'écrire les mémoires du magicien le plus connu de notre époque!

* LE STYLE DE L'ÉCRITURE: Un des secrets du phénomène HP réside dans la narration de l'histoire. Simple, fluide et directe, l'écriture de Rowling rappelle le scénario cinématographique. D'ailleurs, peu d'écrivains décrivent le mouvement dans leur récit. Rowling évoque la distorsion du temps: les scènes au ralenti et les images en accéléré sont très exploitées. L'imagination du lecteur fait le reste.

* LA VERVE HUMORISTIQUE: L'humour occupe une place importante dans l'oeuvre de Rowling. C'est l'un des éléments qui explique son succès auprès des adultes comme des enfants. Il y a différentes sortes d'humour. Ironie, cynisme, raillerie forment les gestes et le parler des personnages, mais l'un des plus prédominants est le sarcasme. Il s'annonce déjà dans le chapitre un du premier tome: Mr et Mrs Dursley (...) avaient toujours affirmé avec la plus grande fierté qu'ils étaient parfaitement normaux, merci pour eux. Rowling emploie également l'humour imagée pour décrire une situation: on se rappelle tous des fameux ''rouages'' du mécanisme de pensée de l'oncle Vernon! L'auteure prend plaisir à tourner en dérision certaines expressions populaires et les noms de produits commerciaux: Dudley eut un sourire et se tourna vers Harry. -Passe-moi la poêle, dit-il. - Tu as oublié de prononcer le mot magique!, répliqua Harry (Tome 2); il a jeté sa Playstation par la fenêtre (...) il ne peut même plus jouer à Mégamutilation III pour se changer les idées (Tome 4).

* LA PEUR: L'une des caractéristiques fondamentales de l'univers de Harry Potter est qu'il projette le côté sombre de la vie: la violence, la cruauté, le racisme ne sont pas épargnés dans le monde merveilleux de la magie. L'histoire même de Harry débute par l'assassinat de ses parents. Rowling ne cherche pas à ''censurer'' la violence à cause de la présence d'enfants dans ses romans (et de ses lecteurs). Les attitudes des personnages adultes montrent ce paradoxe. Par exemple, les Dursley ne veulent pas avouer à Harry que ses parents sont morts assassinés. Ils remplacent donc le meurtre par un accident de voiture! Par contre, Dumbledore préfère dire la vérité au sujet de la mort de Cédric Diggory aux élèves de Poudlard. Comme le dit si bien Dumbledore à Harry Potter dans le tome 1: ''Tu peux l'appeler Voldemort, Harry. Nomme toujours les choses par leur nom. La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même''.

* LES PERSONNAGES: Fascinants, étranges et attachants, aucun personnage ne nous laisse indifférent. Leur personnalité est très complexe. Chacun pourrait constituer à eux seul, une histoire à part. Curieusement, plusieurs personnages de la saga ont un ''double'' de ce qu'ils pourraient devenir. Par exemple, Drago Malefoy peut représenter la jeunesse de Rogue et Mcgonagall pourrait éventuellement représenter une Hermione adulte (on voit toujours ce professeur arriver avec des livres). Bien qu'ils soient semblables, ils peuvent évoluer autrement. Hermione est droite sans avoir la sévérité de Mcgonagall et Drago Malefoy peut changer de camp. Cinq personnages partagent un égo semblable. C'est le cas de Ron Weasley avec Drago Malefoy, de Rogue avec Sirius Black et de Harry avec Voldemort. Ron, comme Drago, sont reconnus pour leur humour sarcastique. Tous les deux ont un père qui travaille au Ministère et tous les deux sont jaloux de la même personne, Harry Potter, car celui-ci représente leur idéal: devenir quelqu'un.

Rogue et Sirius Black recherchent tous les deux une preuve symbolique de réhabilitation sociale. Rogue veut prouver à tout le monde qu'il n'est plus un Mangemort et Sirius Black, qu'il n'est pas un meurtrier. Ce qui est assez curieux, c'est que leur description est similaire: ils sont décrits comme ayant un teint cireux et des cheveux longs noirs. Enfin, il y a Harry et sa version sombre de lui-même, Voldemort. Tous les deux désirent une chose: être aimé par une famille. La faiblesse de Voldemort est la solitude. À cause de son père, il a été élevé dans un orphelinat. Nous savons que, d'après l'histoire, Voldemort n'a jamais eu la chance d'être adopté par quiconque. Mais contrairement à Harry, il s'est enfoncé dans l'amertume et la haine, engendrant au sein de plusieurs familles sorcières, des conflits et des destructions...

* LE BIEN ET LE MAL: Les plus grands mythes se basent sur un concept fondamental: l'opposition entre le Bien et le Mal. Dans la société occidentale, la perception des choses est souvent sous forme de dualité: le blanc et le noir, mâle et femelle, homme et animal, vie et mort. Pourtant, dans les philosophies orientales, ces dualités sont réunies dans chaque êtres vivants. Par exemple, un homme a son côté féminin, et vice-versa...C'est le principe du Yin et du Yang. Le succès de Star Wars et de Harry Potter s'explique en partie à cause que leur auteur croient en l'existence d'une ambivalence entre le Bien et le Mal. Cette ambiguité du Bien et du Mal est fortement marquée dans l'oeuvre de Rowling: Ron, le plus fidèle ami d'Harry Potter, est devenu aussi jaloux et méprisant que Drago Malefoy! La violence utilisée pour une bonne cause a été représentée dans le personnage de Barty Croupton et n'oublions pas la ressemblance symbolique entre Harry Potter et Voldemort...Pour Rowling, le Bien et le Mal se manifestent plus par les décisions des personnages et leur caractère que par des facteurs sociaux ou environnementaux.

* LA TEMPORALITÉ: Le temps est l'un des éléments clés de la saga. Nous savons que les aventures de HP débutent en 1991 et se termineront en 1998. À Poudlard, trois générations d'écoliers se sont succédées. La première étant celle de Voldemort (1930-1940), la seconde étant celle de James Potter (1970) et enfin la troisième génération étant celle de Harry Potter (1990). Étrangement, le temps n'est pas linéaire dans l'oeuvre de Rowling, il est plutôt dispersé. Le passé rejoint le présent comme l'avenir: L'aventure de la Chambre des Secrets ramène à la jeunesse de Voldemort; le Prisonnier d'Azkaban met en scène des querelles non résolues entre d'anciens camarades de classe (Rogue, Black, Lupin et Pettigrow) et dans La Coupe de feu on assiste au retour des jours sombres du règne de Voldemort... De tous les personnages, Harry Potter est celui qui incarne les trois générations et qui en établit le lien: bien qu'il soit un sorcier célèbre de son temps, son apparence physique rappelle celle de son père et celle de Tom Jedusor (Voldemort).

*L'IMMORTALITÉ: L'intemporalité cohabite étroitement avec la temporalité dans le monde de Harry Potter. Certains artefacts ou personnages possèdent cette propriété tels que le Choixpeau magique, la Carte du Maraudeur, Fumseck, Nicolas Flamel, le Basilic, les fantômes de Poudlard et Dumbledore. Même la quête de Voldemort repose sur la recherche de l'immortalité. Le quatrième tome remet justement en question cette intemporalité des choses: on voit Harry Potter et ses amis cheminer vers le monde des adultes, un Dumbledore vieux et fatigué, un Cornélius Fudge buté à l'idée de voir son monde paisible s'écrouler. Le changement est omniprésent et l'intemporalité est une illusion, comme la quête absurde de Voldemort. Dans ce bas monde, tout a une finalité. Cependant, la seule chose qui dure est la transmission de l'héritage à la prochaine génération. Ainsi la sagesse de Dumbledore profitera à Harry. C'est peut-être pour cette raison que Voldemort désire tant l'immortalité: il n'a personne pour léguer sa propre expérience.

* STRUCTURE ARTHURIENNE: De nombreux passages de l'oeuvre de Rowling font référence au cycle arthurien. Harry Potter est un chevalier en devenir qui veut montrer sa valeur aux yeux de son roi, incarné ici par Dumbledore. Sur son chemin, il se lie d'amitié avec Ron, qui par son caractère et son savoir du monde de la magie, rappelle de loin le sénéchal Keu (personnage ironique et plus âgé qui conseillait les autres chevaliers et le roi Arthur). Le premier acte héroique de Harry a été de sauver une "princesse" (Hermione). Dans le tome 2, Dumbledore (roi Arthur) envoit Harry guerroyer contre le dragon (Basilic) et Maléguant, chevalier rénégat représenté par Tom Jedusor. Vers la fin de l'épisode, Harry Potter qui a su demeurer fidèle à Dumbledore, se fait "adouber" par celui-ci avec l'épée de Godric Gryffondor... Le plus arthurien des tomes de la saga est sans contredit La Coupe de Feu, où l'on met en scène la possession du Saint-Graal. Pour avoir la coupe sacrée, il fallait être pur...C'est pour cette raison que Harry Potter et Cédric Diggory pouvaient atteindre la coupe, car ils ont mis de côté leur orgueil au profit de l'honneur de Poudlard. La coupe symbolise aussi la révélation et la résurrection. Dans la Bible, le sang du Christ était recueilli dans une coupe, le Graal. Dans le quatrième tome, la coupe a permis à Voldemort de "recueillir" le sang de Harry Potter afin de renaître...

* QUESTIONS ÉTHIQUES: Rowling aborde de nombreuses questions ayant trait à l'éthique dans ses romans. La première question est le racisme, qui est abordée dès le deuxième tome. Le premier qui lance la pierre est Drago Malefoy avec son histoire de "sang-de-bourbe". D'ailleurs, l'hostilité quasi héréditaire entre gryffondors et serpentards vient d'une querelle entre les fondateurs au sujet des critères de sélection des apprentis sorciers.La forme la plus achevée du racisme est le triste exemple de l'esclavage des elfes. À part Hermione et Dumbledore, aucun personnage ne se pose la question ni ne veut l'aborder. Pourtant, un fait historique revient souvent dans la bouche des personnages de manière inconsciente: la fameuse Révolte des Gobelins! Les Gobelins sont les seules créatures à s'être rebellés contre les sorciers...Est-ce que les Elfes vont faire de même? C'est à suivre...

L'une des questions éthiques la plus grave est la peine de mort que l'on retrouve dans Le Prisonnier d'Azkaban. Quel châtiment doit-on réserver à un meurtrier? La justice concerne-t-elle toute la société ou doit-elle être une vengeance personnelle? La peine de mort est-elle justifiée? Le roman n'apporte pas véritablement de réponse. C'est au lecteur de juger. Sirius Black, lui-même condamné à mort, a désiré ardemment tuer celui qui l'a fait enfermer en prison. Harry Potter a, un moment donné, songé à tuer de ses propres mains celui qu'il supposait être le meurtrier de ses parents. Sa décision finale- remettre le véritable coupable entre les mains de la Justice afin que son parrain ne soit pas souillé d'un crime- a eu pour conséquence la fuite de Peter Pettigrow et la renaissance de Voldemort, qui avait tant besoin d'un serviteur pour pouvoir survivre. Mais il a aussi donné un sentiment de culpabilité à Pettigrow, devant désormais une dette de vie à Harry Potter.

Nous sommes à l'ère de l'information. Un dicton populaire affirme que celui qui possède l'information, possède le pouvoir. Rita Skeeter et Hermione incarnent ce précepte. Mais leur différence tient dans l'usage qu'elles en font. Rita Skeeter déforme l'information, n'a aucun respect pour la vie privée et se permet d'écraser les autres avec sa plume! Hermione fait de l'information, un bien accessible (elle divulgue ses trouvailles à Harry Potter) et elle s'en sert pour affirmer ou refuter une thèse ( la transplanation est impossible à Poudlard). Pour Hermione, l'information est un droit démocratique mais également éthique. Ce n'est pas au nom de la "Vérité" que la vie des individus doit être nécessairement exposée et détruite. Le combat d'Hermione contre Rita Skeeter montre bien ce paradoxe...

HASARD ET COINCIDENCE: Si le professeur McGonagall ne croit pas aux prédictions "hasardeuses" de sa collègue Sibylle Trelawney, l'oeuvre de Rowling, en revanche, est bondé de hasards et de coincidences le plus souvent dits inconsciemment par la bouche des personnages!

~ HARRY ET LA CHAMBRE DES SECRETS ~

FRED ET GEORGE WEASLEY: "il (Harry) doit se rendre dans la Chambre des Secrets pour y prendre le thé avec son serpent préféré!" (Harry Potter découvrira que la Chambre des Secrets enferme un Basilic);

DRAGO MALEFOY: "Voyons, Goyle, Azkaban, la prison des sorciers!" (évoqué 2 fois dans le second tome, Azkaban a servi de cadre à l'histoire du troisième);

Avant de partir pour l'école, Mr Weasley a trébuché contre un poulet (p.176. 2e tome) (prémices de ce qui va arriver aux poulets à Poudlard, victimes de Jedusor);

GILDEROY LOCKHART: "Certains d'entre vous feraient bien de relire attentivement Promenades avec les Loups-Garous" ( ce passage dans le tome2 annonce la venue de Rémus Lupin dans le prochain tome);

RON WEASLEY, en parlant de Tom Jedusor: "ou alors, c'est peut-être lui qui a assassiné Mimi Geignarde. C'était un grand service à rendre à la communauté!" (en effet, Tom Jedusor est bel et bien le meurtrier de Mimi Geignarde et a été "récompensé" pour avoir délivrer un "coupable").

~ HARRY ET LE PRISONNIER D'AZKABAN ~

Il (Harry) entendit à peine ce que le professeur McGonagall leur raconta sur les Animagis (p.123, tome3) (Harry Potter fera la connaissance de 3 Animagus, son père, Peter Pettigrow et Sirius Black);

HARRY POTTER, à Ron Weasley lors du cours de Prédictions: "il y a une vague forme de croix (...), ça veut dire que tu vas connaître des épreuves et des souffrances, désolé, mais il y a autre chose qui pourrait bien être un soleil, alors attends, je regarde...Ça veut dire un grand bonheur...Donc, tu vas souffrir mais tu seras très heureux." (p.119) (en effet, Ron souffrira des tourments de la jalousie dans le prochain tome);

RON WEASLEY, dans cette même scène, donne une prédiction à Harry Potter: "Il y a une espèce de boule qui ressemble un peu à un chapeau melon. Tu vas peut-être travailler pour le Ministère de la Magie. De ce côté-là, on dirait plutôt un gland. Qu'est-ce que ça veut dire? Ah! Une somme d'argent inattendue! De l'or qui arrive de lui-même. Très bien, tu vas pouvoir m'en prêter! (Cornélius Fudge va effectivement donner à Harry Potter les 1000 Gallions...).

~ HARRY POTTER ET LA COUPE DE FEU ~

GEORGE WEASLEY, en parlant de l'oeuf d'or : "Moi, ça m'a un peu rappelé la façon de chanter de Percy...Tu devrais peut-être l'attaquer pendant qu'il prend sa douche, Harry!" (p.328) (Harry, pour résoudre l'énigme de l'oeuf, a dû aller dans la salle de bain des préfets -Percy en est justement un- et de faire tremper son oeuf dans l'eau);

La porte donnait sur un placard à balais. Harry regarda Rita Skeeter d'un air perplexe.-"Viens, mon garçon, c'est merveilleux ici, répéta-t-elle. (p.272) (Les cafards aiment les endroits sombres tels les placards. Le choix de l'endroit nous donnait déjà la puce à l'oreille de ce en quoi Rita Skeeter se métamorphosait...Pour Harry Potter, le placard symbolise la peur ou le souvenir des Dursley);

"Enfin, tu as dû remarquer...", commença Karkaroff d'une voix fébrile. -"Nous en reparlerons plus tard!", répliqua Rogue, "Potter, qu'est-ce que vous fabriquez?" -"Je nettoie la bile de tatou qui s'est renversé, professeur", répondit Harry d'un ton innocent. (La bile de TATOU révèle ce qu'il y a sur le bras de Rogue et de Karkaroff).

L'AMOUR ET LA SEXUALITÉ: La Coupe de feu est synonyme de transformation et de révélation. Dans le 4e tome, les héros cheminent lentement vers le monde des adultes. Ils découvrent pour la première fois leur sexualité et l'attrait du sexe opposé, de même que leur esprit commence à acquérir de la maturité ou révèle les facettes cachées de leur personnalité... L'amour et la sexualité prend toute son ampleur dans La Coupe de feu. Le rouge de la passion et du sacrifice est la couleur qui prédomine le fond de l'histoire. L'amour est également le lien qui unit la vie et la mort: Voldemort ressuscite et devient plus fort grâce à l'ancien sacrifice de Lily Potter et Mimi Geignarde, même morte, éprouve encore de l'attrait à observer des hommes prendre leur bain! Chaque personnage possède sa conception de l'amour. Ron Weasley, par son tempérament sanguin, privilégie la beauté physique au détriment de la beauté de l'âme, en vue de se valoriser personnellement. Lui qui ressent l'indifférence des autres à son endroit et qui ne veut surtout pas être associé aux "rejets de société" tels que Neville et Hermione, désire redorer son blason en réussissant à conquérir ce que les autres convoitent depuis longtemps. Ron Weasley repousse ainsi Hermione au profit de la belle et orgueilleuse Fleur Delacour. N'ayant pas pu avoir son coeur, il jalouse ensuite Hermione, car elle a réussi là où il a échoué...

Son confrère Harry Potter partage un amour plus idéaliste. Cho Chang représente pour lui la Princesse lointaine ou la Femme inacessible. Selon la perspective de Harry, elle est toujours vue de loin comme une vision furtive, une sorte d'apparition qui ne lui parle pas, mais lui adresse des signes de sympathie. Harry Potter apprendra vite qu'elle n'est pas facile à approcher. Cho Chang se promène toujours avec un régiment de gardes du corps féminin. La seule fois où Harry a eu l'occasion de lui parler face à face, Cho Chang lui a accordé gentiment son refus. A nouveau, c'est l'éloignement pour Harry.

Les épreuves du Tournoi des Trois Sorciers auxquelles il est forcé d'y participer, sont basées sur des principes chevaleresques et deviennent pour Harry Potter le moyen de courtiser (désespérément) sa Belle. La première épreuve est de prouver son courage physique en combattant un dragon (autre symbole de gardien des princesses). La seconde épreuve teste l'étendue de la générosité de son âme en sauvant une personne. Harry Potter en sauve deux au risque de se noyer ou d'être disqualifié du concours. Son "rival", Cédric Diggory, qui a toutes les vertus du chevalier servant, a reconnu qu'il n'avait pas l'âme aussi généreuse qu'on lui prête généralement. La troisième épreuve, la plus difficile et éprouvante, consiste à mesurer la pureté de l'âme des candidats en touchant la Coupe. Cette dernière épreuve rappelle de manière frappante l'achèvement de la Quête du Graal menée par les chevaliers Lancelot et son fils, Galahad (Cédric Diggory et Harry Potter). Selon la légende, Lancelot, le plus courageux des chevaliers, s'évanouit en s,approchant du Graal en raison de son adultère avec la reine Gueneviève et reste comme mort pendant 24 jours (Cédric Diggory est mort le 24 juin). Si Cédric ne réchappe pas à la mort, c'est qu'il avait déjà conquis l'amour de sa bien-aimée, Cho Chang. Par conséquent, il n'avait rien à prouver. C'est donc Harry Potter, incarnant Galahad, le plus vertueux des chevaliers, qui peut accéder au Graal. Dans la légende, des fleur de lis (symbole de Lily Potter) entourent la porte de la chapelle où est enfermé le Coupe du Christ, symbolisant par le fait même la pureté du chevalier. La mission se termine par la dernière recommandation de Cédric qui demande à Harry de rapporter son corps auprès de sa famille et de sa bien-aimée. Harry Potter, voyant les larmes de Cho Chang, comprend alors qu'il est inutile d'insister.
En principe, un chevalier, qui a réussi un tournoi , doit recevoir en récompense un baiser de sa Dame. C'est Hermione qui le lui donnera. Harry Potter, sans vraiment encore le savoir, a une princesse qui l'aime.

Hermione passe, elle aussi, par le chemin des transformations. Elle doit avant tout se débarrasser du préjugé tenace qui laisse croire qu'une fille intellectuelle ne peut pas avoir les charmes d'une femme fatale (ou ne pas éprouver d'amour du tout). De tous les personnages, elle est celle dont la perception passe dans le regard des autres. Dans le quatrième tome, Hermione change son statut de "vieille fille" à celui de séductrice, pour ensuite devenir une mangeuse d'hommes avant d'accéder au rang de Femme véritable aux yeux de Viktor Krum (et ceux d'Harry Potter). Son passage remarqué au bal de Noel, nous fait penser immédiatement à Cendrillon, fille loqueteuse métamorphosée en princesse, dont le prince en tombe amoureux...Cette allusion est renforcée par la présence des Français dans la salle (référence à l'origine des contes de Perrault). Bien que tout le monde s'accorde à penser que Ron et Hermione forment un couple "idéal", la principale intéressée ne semble pas partager cette opinion. Pour Hermione, l'amour n'est pas une satisfaction égoiste ou un concept difficile à atteindre, c'est quelque chose qui se communique entre deux personnes qui possèdent les mêmes affinités ou qui se complètent. Entre Ron Weasley et Harry Potter, c'est avec ce dernier qu'Hermione partage (ou désire partager) le plus un certain niveau de compréhension.

LES ANIMAUX ET LEURS ENSEIGNEMENTS: L'apprentissage du héros ne se fait pas seulement par l'acquisition des connaissances et des expériences du monde magique. Harry Potter tire également des leçons importantes par le biais des animaux. L'oeuvre de Rowling abonde en animaux bienveillants comme malveillants, qui sont chers aux vieilles mythologies européennes, en particulier celtiques. La religion celtique ne dissociait pas les animaux des hommes, comme l'a fait la religion chrétienne. Chez les Celtes, les animaux étaient les guides spirituels des hommes. On attribuait également à chaque animal un symbolisme important et les hommes les considéraient comme des totems. Avec son cours de Soins aux créatures magiques, Hagrid a pour objectif de faire comprendre à Harry Potter (ainsi qu'à nous-même) que non seulement il appartient à la communauté sorcière, mais fait également partie d'un plus vaste ensemble: la Nature.

Les contes utilisent souvent des animaux comme métaphore de la nature humaine. Le Petit Chaperon rouge raconte l'histoire d'une jeune fille arrivant à maturité sexuelle et qui demande à un Loup (Homme lubrique) de l'initier à la sexualité... (Une variante grave du jeu de la Bouteille!!!)
L'idée que l'Homme s'intègre à la Nature est un courant de pensée des plus récents dans notre monde moderne, mais des plus anciens pour les cultures de notre passé historique. Bien que Rowling ne véhicule pas vraiment ce discours dans ses livres, on y voit clairement un retour aux sources. Cependant, l'auteure semble quelquefois être en conflit avec ses propres convictions personnelles et culturelles vis-à vis des animaux. Par exemple, la culture occidentale voit en l'animal une créature agissant plutôt par instinct que par la raison. Beaucoup de personnages de la saga adoptent ce point de vue qui n'est pas sans provoquer quelques ambiguités: Sirius Black pensait qu'en étant un chien, il avait des sentiments moins complexes et que c'est ainsi qu'il a pu échapper à l'emprise des Détraqueurs. Au fils des romans, on voit que le fait d'être animagus n'altère en rien la personnalité du sorcier. Et que dire de Pattenrond et de Croûtard? Aucun sorcier ne pouvait dire qui du chat ou du rat était l'être humain. Quant à Buck, il a été jugé selon les lois humaines et comme un...criminel! Dans Les Bêtes fantastiques, on apprend que les Centaures et les Sirènes ne se considèrent pas comme des êtres humains, mais comme des animaux....

Étude de métamorphose par Grandville.
Les animaux sont si omniprésents qu'il n'y a pas un roman qui n'en soit pas exempt. Chez Rowling, les animaux peuvent être réels ou fantaisistes mais ils ont tous une fonction symbolique. Le héros doit donc s'y attarder pour découvrir la richesse de leur sens caché. Le boa qu'Harry rencontre au zoo est la première manifestation de son identité; les chats sont les gardiens des secrets et symbolisent la vigilance; le côté animal des animagus représentent leur vraie personnalité. Les animaux agissent aussi en tant que guide et apportent souvent la réponse aux questions des héros: lorsqu'une enquête piétine, Harry et ses compagnons trouvent toujours la solution en allant dans la Forêt Interdite (la Forêt symbolise l'inconscient). Dans le premier tome, la découverte de la licorne morte et les conseils du centaure dévoilent à Harry Potter que Voldemort cherche à s'approprier la Pierre Philosophale. Dans le second tome, c'est l'araignée Aragog qui affirme à Harry et à Ron qu' Hagrid n'est pas coupable du meurtre de Mimi Geignarde.

Dans l'univers de Rowling, la Forêt Interdite possède un aspect terrifiant, car elle garde les secrets et les souvenirs les plus sombres... (dessin de Gustave Doré)
Les animaux sont-ils bons ou mauvais? Cette question a souvent été abordée dans les romans. Les animaux et les créatures magiques sont souvent considérés comme la personnification du Moi obscur, de la monstruosité humaine qu'il faut rejeter ou vaincre. Gilderoy Lockhart représente le dompteur de cette "bestialité". Les titres de ses livres dénote un certain ridicule vis-à-vis de ces créatures que l'on craint habituellement. Gilderoy est admiré par les sorciers parce qu'il a réussi à "apprivoiser" ces bêtes indomptables qu'on dit "nuisibles" (tome2, p.44). Dans le monde des sorciers, les Animagus ne représentent pas le côté "bestial" selon les principes de la moralité judéo-chrétienne. Un sorcier, qui se transforme en animal, ne retourne pas à une nature primitive inconciliable à la nature humaine supposée être plus évoluée. Cependant, Rémus Lupin demeure un cas à part. Symboliquement parlant, Rémus Lupin a un démon intérieur, une monstruosité humaine refoulée dans l'inconscient qu'il dévoile lorsqu'il se métamorphose en loup-garou. De l'homme civilisé et doux qu'il était, il devient à chaque mois un être complètement disjoncté de la Société en proie à une folie meurtrière!!! Carl Jung affirme que si l'être humain désire être en harmonie avec lui-même, il doit intégrer et reconnaître l'animal qui symbolise sa psyché instinctuelle. Lupin avait besoin de compagnons animals pour maîtriser ses "animaux intérieurs". Ainsi James Potter, Sirius Black et Peter Pettigrow ont contribué à faire accepter à Rémus Lupin son âme animal et à devenir ainsi un individu épanoui.

Cette gravure de Grandville est chargée de symboles: le loup représente les déviations comportementales non maîtrisées; les chiens (loups domestiqués) symbolisent la Raison morale et émotionnelle; la victime est un mouton, symbole de l'innocence et le corbeau annonce la condamnation à mort du criminel.
L'animal est souvent considéré par l'Homme comme un objet. La communauté sorcière ne déroge pas à ce principe. Si l'animal EXISTE, il doit SERVIR à quelque chose. S' il nous est utile, il est "bon"; s' il nous est inutile, il est donc "mauvais". L'épisode comique des Scroutts à pétard démontre clairement qu'une créature existe pour elle-même et non pas pour un but quelconque. Hagrid essait d'inculper à ses élèves l'observation d'un animal sans idée préconçue. Pour lui, tous les animaux mérite une attention particulière. Mais ce précepte est difficile à assimiler: les élèves catégorisent la licorne comme une vraie créature tandis que les dragons, les veracrasses et les scroutts sont considérés comme des monstres (La Coupe de feu).

* LE MONDE DES RUNES: Un des visiteurs de notre site nous a écrit pour démontrer que la série Harry Potter évoque à plusieurs reprises le symbolisme des runes. L'auteure J.K Rowling serait-elle runiste? Quoi qu'il en soit, les symboles runiques parsemés dans le récit nous ouvre sur une nouvelle dimension de l'oeuvre et viennent confirmer certains théories exposées sur le site...

L'exemple le plus évident est la cicatrice d'Harry Potter. Elle possède exactement la forme d' un éclair tel que représenté par le signe celtique Sowilo. Dans la runologie, le signe Sowilo représente le rayon de Soleil et est de polarité féminine. Voilà ce qui explique pourquoi la cicatrice s'illuminait lorsque Harry sentait la présence de Voldemort et pourquoi elle est apparue lors du sacrifice de Lily Potter, la mère du héros qui, de plus, "connaissait les pratiques des anciens". La rune Sowilo est positive, protectrice et tend vers l'illumination. Puisque son symbole est la lumière, il est donc normal que si Rogue est un vampire, il craigne Harry Potter. Ainsi la rune Sowilo éclairant les ténèbres aurait logiquement blessé Voldemort dans la mesure où il se considère comme le Maître des Ténèbres.

Les runes, qui signifie en Celte "écriture cachée, secrète", était un moyen divinatoire accessible uniquement aux sorciers et aux devins...Le dessin de gauche représente la rune Perthro et celui de droite Sowilo, dont le nom dérivant du Sumérien signifie "soleil".
Une autre chose intéressante sont les initiales de HP... La lettre H se réfère à Hagalaz, la rune reliée au monde de Hel (le Monde des Morts et de la Connaissance). Harry est souvent en relation avec les morts: il parle souvent avec Nick; il a participé notamment à un anniversaire de morts; il voit ses parents décédés en rêve; Mimi Geignarde a un faible pour lui; Madame Trelawney voit des signes de mort en sa personne et on ne parlerait pas de la fin du tome 4.... Si le H de Harry se réfère aux morts et aux rêves, il y a également une autre personne qui a ce H bien placé! Hermione... Hel, le monde de la Connaissance, situé sous terre, est le lieu où vivent les Nornes, les déesses du Destin: Urdr pour le passé, Verdandi pour le présent et Skuld pour l'avenir. Hermione, détentrice des Connaissances, a été la seule élève à se servir du Sablier et à pouvoir changer le cours des événements dans la destinée de Sirius Black...Un autre objet magique qu'Harry Potter expérimenta, fut la Pensine. Rowling décrivit la Pensine comme une bassine dont le bord était ENTOURÉ de runes et dans laquelle on pouvait voir le passé.

Le P de Potter est lui aussi positif. Il représente la naissance des runes hors de Hel. Selon la légende, Odin s'est sacrifié un oeil et pendu à un arbre (symbole de la lame XII du Tarot) pour accéder à Hel afin d'apprendre l'usage des runes, source des connaissances et des secrets. Fait intéressant la lettre P évoque la rune Perthro qui signifie en Celte...Jeu de hasard! Il y aurait donc effectivement un lien entre Harry Potter et son antithèse, Tom Jedusor. Pour en revenir au sacrifice d'Odin, la rune le représentant est Gebo, symbolisé paraxodalement par une croix. Or le G est la première lettre du nom de Granger. Il y aurait peut-être par là un parallèle avec Odin qui se sacrifie pour apprendre...

_________________
Venez vous inscrire à mon FAN CLUB HARRY POTTER!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ANALYSON LES LIVRES   Mar 28 Sep - 20:30

Et voila qui lle m'épate encore! What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Kate
Grand mage
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 31/08/2004

MessageSujet: Re: ANALYSON LES LIVRES   Sam 11 Déc - 8:30

Je ytrouve que ton message est pas mal long... lollz. Je n'ai meme pas pris le temps de le lire en entier... ca me déchire l'orbite de mes yeux!!! Lolllz ! Bref... si on analyse les livres, le troisieme est le meilleur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xenan
Grand mage
avatar

Nombre de messages : 78
Localisation : 95340 Persan
Date d'inscription : 04/06/2004

MessageSujet: Re: ANALYSON LES LIVRES   Mer 18 Mai - 17:03

Pour la plupart oui mais moi ça se joue entre le 4 et le 5! Very Happy

_________________
Venez vous inscrire à mon FAN CLUB HARRY POTTER!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoinette
Grand mage
avatar

Nombre de messages : 90
Date d'inscription : 05/02/2005

MessageSujet: Re: ANALYSON LES LIVRES   Dim 29 Mai - 0:27

Hein ? Quoi ? J'ai pas le courage de lire... Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xenan
Grand mage
avatar

Nombre de messages : 78
Localisation : 95340 Persan
Date d'inscription : 04/06/2004

MessageSujet: Re: ANALYSON LES LIVRES   Dim 3 Juil - 18:17

Oui,je sais.... Twisted Evil

_________________
Venez vous inscrire à mon FAN CLUB HARRY POTTER!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sdf-chan
Moldu


Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: ANALYSON LES LIVRES   Ven 24 Aoû - 20:25

le 5 je pense est le meilleur.
Quoique le 6 est pas mal...
Bref.
Le 7 devrait être pas mal, selon les critiques.
Et l'histoire est prometteuse Very Happy
[center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ANALYSON LES LIVRES   

Revenir en haut Aller en bas
 
ANALYSON LES LIVRES
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Combien de livres lisez-vous en même temps?
» Les autres livres de Lucy Maud Montgomery
» Censure des livres populaires
» Les livres illustrés et les livres-objets
» Liste de livres à vendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Merlin's Secret :: L'UNIVERS D'HARRY POTTER :: LES LIVRES-
Sauter vers: